En 1943, Eleanor Roosevelt a planté un potager dans les jardins de la Maison Blanche, incitant les américains à revenir au « Jardins de la Victoire », si populaires lors de la Première Guerre Mondiale. Plus de 20 millions d’americains bêcherent alors leur gazon et à la fin de l’année, la production de légumes s’étaient accrus de 40%. »

The Economist de cette semaine cite un groupe de pression qui plaide auprès d’Obama pour qu’il plante à son tour un Jardin de la Victoire et montre l’exemple à la nation.

http://www.economist.com/displayStory.cfm?story_id=13185476

Intuition sur les difficultés economiques qui s’annoncent ou prise en compte d’un appauvrissement qui se généralise?

victorygarden

En Europe et au Japon, les jardins ouvriers se redeveloppent à grande vitesse, témoignant d’une difficulté croissante à acheter les produits alimentaires de base et une méfiance vis à vis des légumes industriels.

Mais au delà, ne peut on y voir un signe de réenracinement dans le réel, dans le local?

N’est ce pas un signe concret de la fin des illusions du XXème siècle, ou le consommateur occidental allait consommer des tomates peruviennes et des pommes de terre russes et transformer son jardin en un vert gazon et ainsi detruire, comme à travers les délocalisations, son outil de subsistance?

Publicités