Première affiche du PPR aux elections nationales francaises

Première affiche du PPR aux elections nationales francaises

« Ce sont eux les nouveaux esclaves du capitalisme sauvage » avait déclaré Olivier Besancenot, un leader gauchiste français du début des années 2000 en désignant les foules d’immigrés clandestins qui manifestaient bruyamment devant les prefectures pour obtenir leur régularisation.

« Ne serait il pas naturel qu’ils s’unissent à la classe ouvrière pour détruire le système capitaliste ?» s’etait il interrogé plus tard lors d’un congrès de la gauche anti capitaliste.

Le vote musulman en 2008

Le vote musulman en 2008

Les évenements à venir devaient lui donner raison, mais le rassemblement des « nouveaux esclaves » et des prolétaires ne se déroula pas de la manière prévue par le facteur de Neuilly.

Le Parti du Respect apparu pour la première fois en Angleterre, à l’occasion d’un vaste mouvement anti guerre rassemblant une coalition de socialisme international radical et l’idéologie islamiste. Les deux groupuscules, tels que les désignaient les journalistes de l’époque, unirent leurs forces lors de l’élection du Parlement européen en mars 2012, proposant des listes communes de candidats en France et en Grande-Bretagne sous des désignations peu révélatrice, suscitant peu d’interets parmi la trentaines de formations présentes. La leçon fût retenue et ,sans que l’on est encore à ce jour la preuve d’une concertation à l’échelle européenne, différents partis naquirent sous une dénomination commune, appelant au respect. Les affiches sur un fond uniforme vert foncées se répandirent dans les périphéries des villes du continent, réclamant le respect de tout les citoyens et de toutes les religions.

Au Danemark, à l’occasion des élections municipales de 2014, le Parti du Respect obtint ses premiers résultats significatifs, dépassant les 60% dans certaines régions particulièrement frappées par la récession (autrefois appelée « ralentissement économique »).

Sur ce terreau fertile, le programme du PdR prospéra sur des engagements simples :

La mise en place de l’hyperdiscrimination, devant permettre d’attribuer d’office la moitié des emplois aux populations d’origine immigrée dans les entreprises se créant sur les territoires dit « délaissés »

Le développement d’une politique sociale locale spécifique permettant un transfert supplémentaire de prestations sociales

Une politique généreuse de soutien aux pays d’origines des étrangers vivant dans le pays , avec la création d’un fonds de garantie danois permettant de cautionner les créations d’entreprises et la rétrocession volontaire d’une partie de l’imposition fiscale des foyers étrangers.

Le leader du PdR danois et ses principaux responsables reconnurent plus tard avoir été surpris des scores obtenus. Des querelles internes virent le jour pour désigner les quatre élus qui rejoindrait le parlement, querelles qui furent résolues suite à l’arbitrage d’un mufti saoudien.

Aucun journaliste européen n’eût le courage de dénoncer explicitement cette intervention étrangère dans la politique européenne.

Trois ans plus tard, le Parti du Respect présentait une liste aux élections européennes, dépassait les 15 % et des antennes furent créées à travers toute l’Europe, avec le résultat que l’on sait.

A suivre…

Publicités